Viewing page 66 of 104

le 13 fevrier 1957

Cher Monsieur Baderou,

Votre aimable lettre du 5 fevrier, dont je vous remercie m'a vivement affecté, et je suis bien navré d'apprendre les soucis que la santé de votre mère et celle de votre femme vous occasionnent.  Ne perdez pas courage et conservez votre espoir dans une amélioration toujours possible.

J'apprecie beaucoup les nombreux renseignements que vous avez bien voulu me communiquer au sujet de Gustave Moreau, que me sont bien precieux.  Peut-être vous sera-t-il possible dans un prochain avenir de me faire tenir ceux concernant le Carracci.

Veuillez croire, cher Monsieur Baderou, à mes meilleurs sentiments.

Germain Seligman

Monsieur Henri Baderou
25 rue du Faubourg Saint-Honoré
Paris (VIIIe) France

^[[TP]]
Please note that the language and terminology used in this collection reflects the context and culture of the time of its creation, and may include culturally sensitive information. As an historical document, its contents may be at odds with contemporary views and terminology. The information within this collection does not reflect the views of the Smithsonian Institution, but is available in its original form to facilitate research. For questions or comments regarding sensitive content, access, and use related to this collection, please contact transcribe@si.edu.