Viewing page 12 of 117

GUSTAVE COURBET
PORTRAIT D'URBAIN CUENOT (1846)
Toile - H. 0 m 555; L. 0 m 465
Monogrammé en bas, à gauche

ETUDE POUR LE PORTRAIT D'URBAIN CUENOT conservé à l'Académie des Beaux-Arts de Pensylvanie, à Philadelphie. Refusée au Salon de 1847, au même titre que l'Homme à la pipe et le Violoncelliste, cette dernière toile (H. 0 m 95; L. 0 m 75) figura au Salon de 1848 (no° 1016), aux expositions Courbet de 1855 (no° 11) sous le titre «Portrait de mon ami U.C.», de 1867 (no° 71) et de 1882. Les traits du personnage sont identiques sur les deux portraits.

A l'exposition G. Courbet organisée à l'Ecole des Beaux-Arts en mai 1882, figurait sous le no° 134 un portrait de M. Urbain Cuenot au crayon noir (H. 0 m 42; L. 0 m 39).

Originaire d'Ornans, Urbain Cuenot fut le fidèle compagnon de Courbet dans toutes ses enterprises cynégétiques ou galantes. Il fonda l'Union chorale d'Ornans, dont Courbet était membre d'honneur. Ce fut aussi Urbain Cuenot qui posa pour la figure du Saint-Nicolas qui orne le maître-autel de l'église de Saules (Doubs) et qui fut exposé au Musée du Louvre en 1949 après sa restauration (Cf. Bull. A.G.C., no° 4).

Le présent portrait peut être daté, comme celui conservé à Philadelphie, de 1846, attendu que dans une lettre du 1er janvier 1847 Courbet exprime le doute que le portrait d'Urbain Cuenot soit reçu à l'exposition (Cf. Riat, p. 44). On y sent l'admiration du Maître d'Ornans pour Velazquez et Rembrandt.

GASTON DELESTRE
Secrétaire Général.



SOCIÉTE DES AMIS DE GUSTAVE COURBET
1, Rue Chardin, PARIS-16e - Hôtel de ville d'ORNANS (Doubs)

Paris, le 15 mai 1955.

Monsieur,

Au cours de sa séance du 29 avril dernier, le Comité d'action des «Amis de Gustave Courbet» a décidé, a l'unanimité des membres présents, d'acquérir pour le Musée d'Ornans un très beau portrait d'Urbain Cuenot par Courbet. En raison de la qualité du tableau et de la personnalité du modèle, ce portrait, dont nous joignons ici la reproduction et la notice, avait sa place désignée au Musée que notre Société a consacré à Courbet dans sa ville natale et qu'elle a tant à coeur d'enrichir.

Le vendeur, à qui nous n'avons pas dissimulé la modicité de nos ressources, a bien voulu nous laisser le tableau au prix très avantageux de 500.000 francs et nous accorder de grades facilités de réglement. Par ailleurs, dès qu'ils ont eu connaissance de cette acquisition, deux fidèles «Amis de Courbet» nous ont avancé la somme de 150.000 francs à titre de premier acompte. Ces gestes très sympathiques nous permettent d'augurer du succés de la souscription que nous nous trouvons obligés d'ouvrir.
Please note that the language and terminology used in this collection reflects the context and culture of the time of its creation, and may include culturally sensitive information. As an historical document, its contents may be at odds with contemporary views and terminology. The information within this collection does not reflect the views of the Smithsonian Institution, but is available in its original form to facilitate research. For questions or comments regarding sensitive content, access, and use related to this collection, please contact transcribe@si.edu.