Viewing page 4 of 41

1000 PARK AVENUE
NEW YORK CITY

le 18 novembre 1943. 

Cher Monsieur, 

J'ai beaucoup regrette que vous n'ayez pu vous rendre a la reunion que quelques amis m'avaient demande de tenir chez moi pour entendre une communication de la Societe FRANCE FOREVER. 

Au cours de cette seance, le Capitaine Paul Weill a tenu avant son depart aux Armees, a nous exposer le travail considerable realise effectivement par FRANCE FOREVER dans l'interet de la France resistante et pour defendre les idees de liberte et d'egalite des hommes, quelques soient leur race ou leur religion, qui sont le fondement meme des institutions republicaines. 

Il nous a notamment expose comment FRANCE FOREVER, les individualites qui la dirigent, et leurs amis Francais et Americains avaient, par un travail acharne, applique, et bien dirige, pris la plus grande part dans le retablissement du Decret Cremieux dont l'importance materielle et surtout morale ne vous a certainement pas echappe. 

Je me permets done de vous demander, - pour reconnaitre les remarquables resultats deja obtenus, et pour soutenir les efforts d'une organisation qui, ayant recu maintenant l'appui definitif du Comite de la Liberation Nationale, peut esperer faire plus encore et s'y emploie de toutes ses forces, - de bien vouloir adresser a FRANCE FOREVER votre contribution: qu'elle soit aussi importante que possible, je vous en prie avec insistance, pour montrer votre gratitude et la part que vous desirez prendre dans la bataille qui continue. 

Ceux qui etaient presents ont deja fait un effort mertoire, mais il faut que des personnalites comme la votre se joignent genereusement a leur action; le General de Gaulle et le Comite de la Liberation ont pris courageusement leur responsabilite pour defendre ceux qui etaient injustement opprimes; vous prendrez les votres en aidant ceux qui les soutiennent. 

Si nous demandons votre appui, c'est que nous esperons ainsi pouvoir indiquer a ceux qui portent aujourd'hui l'espoir de la liberation et des libertes Francaises que vous etes a leurs cotes de toutes vos forces, jusqu'aux sacrifices, en bons Francais unis par la volonte reflechie de tout faire
Please note that the language and terminology used in this collection reflects the context and culture of the time of its creation, and may include culturally sensitive information. As an historical document, its contents may be at odds with contemporary views and terminology. The information within this collection does not reflect the views of the Smithsonian Institution, but is available in its original form to facilitate research. For questions or comments regarding sensitive content, access, and use related to this collection, please contact transcribe@si.edu.